Ouvert tous les jours de 11h à 19h — Entrée gratuite —  Infos pratiques 
Fermé jusqu'au 16.10 11h – Gratuit –  Infos pratiques 

Pulp.e

13 octobre — 5 janvier 2023

Artiste : Benjamin Hochart

Commissariat : Fabienne Bideaud

Pulp·e est un projet d’exposition qui est né de nos intérêts communs pour la symbolique, l’interdisciplinarité, la porosité des médiums et de la dé-hiérarchisation de l’art. Il questionne la construction de l’image, dans sa réappropriation, dans son écriture, dans sa transposition en dessin - spatialement, prodiguant de nouvelles informations incluant le corps afin de nous faire déambuler dans de possibles narrations. Le titre même du projet renvoie d’une part à une typologie spécifique de bandes dessinées, les Pulp (abréviation de pulp magazine, publications peu coûteuses et grand public, populaires aux Etats-Unis jusque dans les années 1960), et l’ajout du E propose une autre signification, plus concrète, la pulpe. Titre hybride, l’exposition présente elle aussi plusieurs états.

L’occupation de l’espace est une préoccupation centrale de notre projet. D’une esquisse tracée sur le carnet, elle viendra se déployer dans l’espace sous forme d’un costume démesuré, d’une grande chemise, d’un long rideau, de films « dessinés », de notes, d’esquisses, etc. Les formes populaires et folkloriques reprises et dessinées par Benjamin Hochart, dépasseront le cadre de la feuille de papier. Il crée ainsi de nouvelles narrations et de nouveaux scénarios, qui nous situerons toujours entre la ligne – le trait ; et l’image – recomposée, assemblée, animées, filmée. De multiples supports et processus (dessin, peinture, œuvre textile, installation, vidéo) se déploieront dans l’espace du Drawing Lab qui deviendra le théâtre d’une narration inédite dont le spectateur en activera les divers scénarios possibles, invitant à reconsidérer l’espace public et la présence du corps.


Fabienne Bideaud

Commissaire de l’exposition

#pulpe
@drawinglabparis

Chiens de garde, 2019, sérigraphie sur papier, 
80 × 60 cm, 55 ex. numérotés et signés + 5 E.A
Atelier de production : Pilote Paris
Commande nationale de multiples "Quotidien", Ministère de la Culture, en partenariat avec le CNAP (Paris) et l'Adra, réseau des artothèques

Benjamin Hochart, Chiens de garde, détail, 2019, sérigraphie sur papier, 80 × 60 cm, 55 ex. numérotés et signés + 5 E.A
Atelier de production : Pilote Paris, Commande nationale de multiples «Quotidien», Ministère de la Culture, en partenariat avec le CNAP (Paris) et l’Adra, réseau des artothèques

 

PARTENAIRES

LE DUO ARTISTE / COMMISSAIRE

Benjamin Hochart

Le travail de Benjamin Hochart s’inscrit indéniablement dans le champ de l’art contemporain, mais il revendique aussi les influences de l’art brut, des arts décoratifs ou folkloriques, des pratiques textiles diverses, du cinéma de genre, de la bande-dessinée et de la science-fiction comme les témoins d’une pratique artistique fondée sur la non-hiérarchie des genres et des arts. Mêlant diverses références, son travail propose des formes aux lectures multiples qui tentent de perturber l’ordre établi, tout en explorant le potentiel politique des positions marginales issues des contre-cultures ou des cultures populaires. L’objectif étant de donner de la visibilité à tous les genres dits “mineurs” ou “mauvais” sans créer de rupture entre la vie et la production de formes artistiques.

Diplômé de l’École nationale supérieure des beaux-arts de Lyon en 2006, Benjamin Hochart fut notamment résident du programme de recherche La Seine à l’École nationale supérieure des beaux-arts de Paris (2007-2009), à la Cité internationale des arts à Paris (2007), à l’institut français de Stuttgart (2009) et à l’institut français de Cluj-Napoca (2015).

Depuis 15 ans, son travail a fait l’objet de nombreuses expositions personnelles ou collectives ; il est présent dans des collections publiques et privées en France et à l’étranger.

Doctorant dans le cadre du programme Radian, il prépare actuellement une thèse de création et recherche en art intitulée “Renverser, assembler : l’activité artistique populaire”.

Fabienne Bideaud

Fabienne Bideaud est historienne de l’art, commissaire d’exposition, critique d’art et enseignante. Ses recherches s’attardent actuellement sur les liens entre l’art contemporain et le théâtre et la danse, dans l’usage de l’artifice, du corps, de l’espace ; analysant la construction de la narration par le prisme d’études décoloniales, de genre et féministes.

Formée en histoire de l’art et poursuivant des études curatoriales à l’université Paris IV – Sorbonne, elle développe sa pratique et ses recherches au travers de projets et de résidences. Elle est commissaire invitée de La Box, Ensa Bourges, en collaboration avec l’artiste Ann Guillaume ; participe à la « Gwangju Biennale International Curator Course » et est accueillie en résidence à la Meetfactory à Prague. Grâce au programme d’échange France - Allemagne « Jeunes commissaires » organisé par l’Institut français de Berlin, elle collabore avec le Kaiser Wilhelm Museum, Krefeld. Elle réalise des projets d’exposition au sein de galeries, centres d’art, artists run space, en France, à Genève, à Prague, à Berlin, privilégiant une réflexion inclusive liée au territoire donné.

Elle est membre de C-E-A, de l’AICA et co-fondatrice de l’association Golden Brain qui organise des expositions investissant des lieux dédiés à l’art ou non. Elle participe à l’atelier d’écriture queer et féministe How to Suppress University Writing mené par Émilie Noteris. Elle enseigne actuellement l’histoire de la Performance, de la danse et du théâtre à l’IESA ; et le commissariat d’exposition à l’université Paris 8.

VUES DU TRAVAIL DE L'ARTISTE

Article ajouté au panier
0 Produit - 0,00