20 mars – 16 juin 2018 : Ce qui me traverse

Artiste : Gaëlle Chotard
Commissaire d’exposition : Valentine Meyer

L’EXPOSITION

Gaëlle Chotard s’intéresse avant tout au dessin et en expérimente tous les possibles, l’inventant aussi en 3D dans l’espace. Après avoir couché ses esquisses et lavis sur le papier, elle utilise l’inframince des cordes à piano, de gaines métalliques détournées de leur fonction initiale, qu’elle tend, tisse, troue, crochète et suspend. Pris comme une matière sculptée, toutes leurs propriétés physiques sont révélées : fragilité, légèreté, transparence permettant les jeux d’ombre et de lumière.

Nœuds lymphatiques ou bien comètes, son inspiration oscille entre l’organique et l’astro-physique, le mental et le paysage.

Oser aller à l’essentiel, oser l’exploration d’une intériorité, la quête d’une profondeur intime pour la projeter dans l’espace physique, c’est de cela dont il s’agit avec « Ce qui me traverse », titre emprunté aux vers d’Aragon.

« Sauras-tu jamais ce qui me traverse
Ce qui me bouleverse et qui m’envahit
Sauras-tu jamais ce qui me transperce
Ce que j’ai trahi quand j’ai tressailli »*

Être au plus près d’une émotion, celle devant un paysage, traduire cette fulgurance traversant le corps en une allégorie de météorite traversant l’espace.

Pour Drawing Lab, dans la première salle, Gaëlle Chotard réalise une installation in situ : la trame, commencée à l’atelier, a été finalisée dans le lieu afin d’expérimenter la spontanéité offerte par le dessin et la compréhension de l’espace.
Dans la seconde pièce, il est question de dessin en volume et en tension mais cette fois placé dans l’obscurité, comme un théâtre d’ombres.
Enfin dans la troisième salle, est présenté un choix inédit de dessins et de lavis réalisés entre 2014 et aujourd’hui.

Valentine Meyer

* Louis Aragon « Le Fou d’Elsa », Paris, Editions Gallimard, 1963.

AUTOUR DE L’EXPOSITION

  • Brunch sur réservation les dimanches 13 mai et 10 juin à partir de 12h
  • Entretien avec l’artiste et la commissaire d’exposition le jeudi 31 mai de 19h à 20h
  • Ateliers enfants sur réservation les mercredis 18 avril et 16 mai et le samedi 9 juin de 15h30 à 17h

PHOTOGRAPHIES DE L’EXPOSITION

Gaëlle Chotard, Ce qui me traverse, © photo Rebecca Fanuele

DUO ARTISTE / COMMISSAIRE DE L’EXPOSITION

GAËLLE CHOTARD

Gaëlle Chotard est née en 1973 à Montpellier. Elle vit et travaille à Nogent su Marne.

Elle a étudié à Paris et à Vancouver, au Canada. En 1998 elle obtient son diplôme de l’École des Beaux-Arts de Paris. Elle expose depuis 1999 dans des institutions françaises et internationales et ses œuvres entrent dans des collections tant en France qu’à l’étranger.

Elle est représentée par la Galerie Claudine Papillon à Paris et la galerie Quai4 à Liège.

Depuis le debut de sa carriere, sa trajectoire se precise. Le dessin, au sens large, devient centrale. Il dialogue avec l’espace des divers architecture auxquelles Gaelle Chotard se confronte.

Expostions personnelles* et Collectives (selection):

2018 Ce qui me traverse, Drawing lab, Paris*; Tension, Villa Bernasconi, Grand-Lancy/Genève, Suisse, 2017 Percées, Le Carré, Scène nationale et Centre d’art contemporain, Château Gontier*; Interstices, Villa Tamaris centre d’art, La Seyne-sur-Mer*; Open Museum, carte blanche à Alain Passard, Palais des Beaux-Arts de Lille; Dépaysements, l’Art chemin faisant, Pont-Scorff; Vibrations, Galerie Quai4, Liège, Belgique, 2016 Gaelle Chotard, dessins, sculptures et gravures, Les Quiconces l’Espal, Le Mans*; Nouvelles Vagues,
 Une commande d’art imprimé, Carré d’art , Nîmes ; Expérience Pommery #13, Gigantesque !, Reins ; 198920072016, Galerie Papillon, Paris; 2015 Galerie Quai4, Liège, Belgique*; Etre étonné, c’est un bonheur!, Chapelle de la Visitation – espace d’art contemporain, Thonon-les-Bains, 2014 Fixer des vertiges, galerie Claudine Papillon, Paris*; A main levée, carte blanche à Frédérique Lucien, La Couleuvre, Saint-Ouen, 2013 Dans la ligne de mire, Musée des Arts Décoratifs, Paris ; De la lenteur avant toute chose…, Espace abcd, Montreuil, 2012 Parce que la carte est plus importante que le territoire, Immanence, Paris et Fondation Louis Moret, Martigny, Suisse ; Collection Philippe Piguet, collection d’aujourd’hui, Centre d’Art Contemporain de Saint Restitut, 2011 A travers, galerie Claudine Papillon, Paris*; Expérience 5 Faux-Semblants, Musée des Beaux-arts de Tours.

Monographies éditées aux cours de ses expostions personnelles:

Gaelle Chotard, Interstices, Ed Villa Tamaris centre d’art, textes de Robert Bonaccorsi, de Valentine Meyer et de Philippe Piguet, 2017,

Gaelle Chotard, Ed. Filigranes, textes de Philippe Piguet et de Valentine Meyer, 2011, Trouble, Ed. Filigranes, Saison #25, texte de Gaël Charbeau, 2006

A venir :

Gaelle Chotard, Dessins 2007- 2017, Ed Le Carré, Scène nationale – Centre d’art contemporain du Pays de Château-Gontier, une proposition de Bertrand Godot, 2018

VALENTINE MEYER

Membre de l’Association Internationale des Critiques d’Art (AICA), elle est diplômée d’un master de finance et marketing (Paris IX Dauphine), d’une maîtrise d’histoire de l’art (Paris I Sorbonne) et d’un 3ème cycle “Curating Exhibitions” de la Haute Ecole des Arts de Zürich (ZhdK), où elle a eu comme mentors Beatrix Ruf et Heike Munder.

Après avoir travaillé 10 ans avec succès dans le marketing innovation et le développement de nouveaux projets pour des multinationales (Unilever, WPP/Peclers Paris), avoir travaillé et vécu en Chine, elle a réalisé que ce n’était pas le sens qu’elle voulait donner à sa vie.

De retour à Paris elle fut l’assistante de Claudine Papillon, chez qui elle collectionnait, elle était aussi membre de l’ADIAF. Cela l’a conforté dans son désir de se réorienter professionnellement dans l’art contemporain qui est sa passion et de recommencer à zéro depuis Zürich. Pendant ses études, elle a travaillé pour le Cabaret Voltaire, Dada Haus (Expositions et performances : Claude Lévêque, John Giorno, Carlos Amorales, …) dont elle a doublé les ressources en 3 ans et l’Architektur Forum (2008-2010).

Après avoir été intervenante à l’Essec (Cergy) et à la Zhdk (Zürich), depuis 2012 elle a été pendant 5 ans directrice du programme de résidences d’artistes pour la Dena Foundation for Contemporary Art fondée par la collectionneuse Giuliana Setari en partenariat avec des institutions privées et publiques dont le National Arts Council of Singapore.

En parallèle elle est commissaire d’exposition, la dernière est l’Open Museum Alain Passard qui s’est tenue dans les 22 000 m2 du Palais des Beaux-Arts de Lille (7 Avril -14 Juillet 2017- 60 000 visiteurs).

Dernièrement, elle a travaillé sur une mission pour Alexandra Fain, co-fondatrice d’Asia Now, Paris Asian Art Fair (juin- nov 2017).

Elle participe à plusieurs jurys, en plus de ceux de la Dena Foundation, notamment au DNSEP Ecole Nationale des Beaux-Arts d’Annecy et Artagon (2016).

Enfin, depuis 2014, elle a initié un dialogue de confiance avec Uli Sigg et porte des projets avec cet homme d’affaires et ancien ambassadeur suisse en Chine, considéré comme un des plus grands collectionneurs d’art contemporain chinois. Sa donation de 1473 oeuvres à M+, musée à Hong-Kong est considérée comme la plus importante au monde. A ce titre, en octobre 2016, elle a organisé, en collaboration avec le Centre Culturel Suisse, sa première conférence à Paris, au Centre Pompidou.

.