20 mars – 16 juin 2018 : Ce qui me traverse

Artiste : Gaëlle Chotard
Commissaire d’exposition : Valentine Meyer

Gaëlle Chotard
Dessous
2007
fil de métal, coton, polyester
47 x 40 x 26 cm

L’EXPOSITION

Telle la gestuelle du funambule, les œuvres de Gaëlle Chotard profitent du déséquilibre qu’elles génèrent pour mettre en route leur propre dynamique.
Travail de patience mais aussi de lâcher-prise, il privilégie l’inframince : traits de crayon, cordes à piano tendues, gaines métalliques tissées et percées, afin d’expérimenter tous les possibles du dessin, l’inventant aussi en 3D.
Pour Drawing Lab, l’espace sera envisagé comme une page blanche, propice à traduire l’importance du vide, de la fragilité, de la transparence, comme une invitation au silence intérieur et à la contemplation.

Valentine Meyer

DUO ARTISTE / COMMISSAIRE DE L’EXPOSITION

GAËLLE CHOTARD

L’artiste Gaëlle Chotard, née en 1973 à Montpellier (vit et travaille à Paris) et représentée par Galerie Papillon et Quai4.

Gaëlle Chotard s’intéresse avant tout au dessin et en expérimente tous les possibles, l’inventant aussi en 3D dans l’espace. Après avoir couché dans de multiples petits carnets, ses esquisses sur papier, elle utilise l’inframince des fils métalliques, des gaines détournées de leur fonction initiale qu’elle tisse, troue, crochète. Pris comme une matière sculptée, toutes leurs propriétés physiques sont révélées : fragilité, légèreté, transparence permettant les jeux d’ombre et de lumière.

Néanmoins ce sont pour leurs caractéristiques comparables aux possibilités du dessin qu’elle a choisi ces matériaux : ajouter un trait, remplir ou densifier une trame, gommer- retirer.

Valentine Meyer

VALENTINE MEYER

Membre de l’Association Internationale des Critiques d’Art (AICA), elle est diplômée d’un master de finance et marketing (Paris IX Dauphine), d’une maîtrise d’histoire de l’art (Paris I Sorbonne) et d’un 3ème cycle “Curating Exhibitions” de la Haute Ecole des Arts de Zürich (ZhdK), où elle a eu comme mentors Beatrix Ruf et Heike Munder.

Après avoir travaillé 10 ans avec succès dans le marketing innovation et le développement de nouveaux projets pour des multinationales (Unilever, WPP/Peclers Paris), avoir travaillé et vécu en Chine, elle a réalisé que ce n’était pas le sens qu’elle voulait donner à sa vie.

De retour à Paris elle fut l’assistante de Claudine Papillon, chez qui elle collectionnait, elle était aussi membre de l’ADIAF. Cela l’a conforté dans son désir de se réorienter professionnellement dans l’art contemporain qui est sa passion et de recommencer à zéro depuis Zürich. Pendant ses études, elle a travaillé pour le Cabaret Voltaire, Dada Haus (Expositions et performances : Claude Lévêque, John Giorno, Carlos Amorales, …) dont elle a doublé les ressources en 3 ans et l’Architektur Forum (2008-2010).

Après avoir été intervenante à l’Essec (Cergy) et à la Zhdk (Zürich), depuis 2012 elle a été pendant 5 ans directrice du programme de résidences d’artistes pour la Dena Foundation for Contemporary Art fondée par la collectionneuse Giuliana Setari en partenariat avec des institutions privées et publiques dont le National Arts Council of Singapore.

En parallèle elle est commissaire d’exposition, la dernière est l’Open Museum Alain Passard qui s’est tenue dans les 22 000 m2 du Palais des Beaux-Arts de Lille (7 Avril -14 Juillet 2017- 60 000 visiteurs).

Dernièrement, elle a travaillé sur une mission pour Alexandra Fain, co-fondatrice d’Asia Now, Paris Asian Art Fair (juin- nov 2017).

Elle participe à plusieurs jurys, en plus de ceux de la Dena Foundation, notamment au DNSEP Ecole Nationale des Beaux-Arts d’Annecy et Artagon (2016).

Enfin, depuis 2014, elle a initié un dialogue de confiance avec Uli Sigg et porte des projets avec cet homme d’affaires et ancien ambassadeur suisse en Chine, considéré comme un des plus grands collectionneurs d’art contemporain chinois. Sa donation de 1473 oeuvres à M+, musée à Hong-Kong est considérée comme la plus importante au monde. A ce titre, en octobre 2016, elle a organisé, en collaboration avec le Centre Culturel Suisse, sa première conférence à Paris, au Centre Pompidou.

.