12 septembre – 21 septembre 2018 : Projection du film ‘Circonstances Atténuantes’

Artistes : Lek & Sowat
Réalisateur : Cristobal Diaz

Projection en présence des artistes et du réalisateur le 12 septembre de 18h à 21h au 17 rue de Richelieu Paris 1er.

LA PROJECTION

Consacré à la mise en œuvre de l’exposition éponyme réalisée par les artistes Lek et Sowat sous le commissariat d’Elise Erszkowicz au printemps 2017 au Pavillon Carré de Baudouin à Paris, ce film explore la question du processus de création à travers une narration inédite. Inspirés par leur intervention au Drawing Hotel où Carine Tissot leur a laissé carte blanche, ils on réalisé 
au cœur de cette exposition, une chambre composée des éléments graphiques utilisés au Drawing Hotel. C’est dans cette continuité que Christine Phal, directrice du Drawing Lab, centre d’art privé dédié au dessin contemporain, propose une semaine qui revient sur l’univers plastique du duo d’artistes, avec une intervention artistique in situ et des projections régulières du film.

UN FILM-ŒUVRE

Circonstances Atténuantes est un titre évocateur dans un monde où l’art urbain est tiraillé entre les condamnations judiciaires des uns et la reconnaissance institutionnelle des autres. Lek et Sowat sont des artistes autodidactes issus de la pratique illégale du graffiti, mais reconnus et exposés par les institutions culturelles officielles, et notamment par la Villa Médicis, qui les a accueillis en tant que pensionnaires au titre « d’artistes urbains » (dénomination inédite) en 2016.

Avec ce film, Cristobal Diaz réfléchit à l’écriture d’une histoire de l’art contemporain et de ses recherches plastiques. Il choisit de partir d’une exposition pour aboutir à un film qui propose plusieurs niveaux de lecture possibles, au travers d’une esthétique pensée et maitrisée dans le cadre d’une réalisation in situ. Le spectateur est plongé au cœur d’un univers créatif teinté d’humour et de couleurs où le geste artistique, central, est mis en lumière.  Avec une articulation ingénieuse de la mise en scène, des plans et des sons, le réalisateur réussit à chorégraphier une œuvre qui prend forme sous nos yeux. Le propos s’inscrit ainsi dans la perspective de mettre en exergue la virtuosité des artistes Lek et Sowat et la richesse d’un tel travail collaboratif.

LEK ET SOWAT

Gael Charbau, commissaire d'expositionLek a grandi dans le XIXe arrondissement de Paris aux abords du terrain vague de Stalingrad et a suivi l’effervescence du graffiti des années 80. Travaillant le plus souvent dans des zones industrielles désaffectées, ses compositions rigides s’adaptent aux contraintes des lieux et les révèlent.
Sowat fait ses premières peintures sur les voies ferrées, les autoroutes et les terrains vagues de Marseille à la fin des années 90. Membre du collectif DMV, il développe un travail calligraphique inspiré du cholo writing de Chaz Bojorquez.
En 2012, le projet Mausolée qui les voit rassembler clandestinement quarante artistes urbains dans un centre commercial abandonné leur ouvrira par la suite les portes du Palais de Tokyo. Entourés d’une cinquantaine d’artistes iconiques des arts urbains, Lek et Sowat passent deux années à créer une exposition expérimentale dans les issues de secours du bâtiment, initiant ce qui deviendra le Lasco Project, premier programme officiel d’art urbain du centre d’art.

Depuis, ils multiplient les collaborations avec des artistes d’horizons aussi variés que le poète beat John Giorno, les stylistes Agnès B et Jean-Charles de Castelbajac, les pionniers du graffiti qui sont Futura, Mode2 et Jonone ou encore Jacques Villeglé, précurseur du street art. C’est avec ce dernier qu’ils réalisent le projet Tracés Directs, entré dans la collection permanente du Centre Pompidou. Ils participent à l’exposition Oxymores au Ministère de la Culture en avril 2015 et réalisent à huit mains une œuvre avec les artistes Jacques Villeglé et O’Clock, encore visible aujourd’hui rue des bons Enfants (Paris 1e).

CRISTOBAL DIAZ

Cristobal Diaz est réalisateur, photographe et artiste plasticien et développe très tôt son goût pour l’écriture et l’image.

Il réalise son premier film Effusion de sang (Fulldawa Prod), avec lequel il remporte de nombreux prix en festivals, confirme son talent d’autodidacte et l’emmène vers la réalisation d’un deuxième film Le plus loin possible (Fulldawa Prod), primé à son tour.

Depuis 2008, il crée et met en œuvre « Artistik Performance », un concept d’art vidéo qui explore la création artistique, particulièrement celle qui s’opère dans la rue et les pratiques qui en émergent. Cette expérience esthétique singulière regroupe plus d’une soixantaine de films qui retracent le processus de création d’artistes urbains contemporains.

En 2015, il met en place un dispositif original, la « graff box ». Outil singulier de proses de vue en temps réel du geste artistique et de l’œuvre en train de se créer, la « graff box » interroge une certaine temporalité et la contemporanéité de la création urbaine. Il s’agit de conserver la trace de ces créations graphiques et typographiques des artistes urbains ; et de déployer, dans la durée, un dispositif qui permet l’archivage articulé au sein d’une forme esthétique forte et inédite dans ce domaine. Le développement de ce projet innovant est soutenu par les institutions culturelles publiques et bénéficie de plusieurs résidences artistiques (la Villette, la Villa Belleville, Direction Générale de la Création Artistique du Ministère de la Culture).

En 2016, Cristobal Diaz commence l’écriture d’un film documentaire sur l’univers du graffiti et de ses artistes français les plus prestigieux. Il est actuellement en développement de ce film documentaire avec la société Cent Productions.