16 octobre 2018 – 9 janvier 2019 : Danse de travers

Artiste : Christian Lhopital
Commissaire d’exposition : Jean Hubert Martin

L’EXPOSITION

Les figures de Christian Lhopital sont des revenants dans tous les sens du terme : fantômes d’ascendants lointains, gamins cyniques ou esprits prisonniers de leur destin, ils hantent ses dessins. Leur farandole appartient à une longue tradition de vanités dont la danse macabre constitue l’une des manifestations les plus célèbre. L’instabilité de leurs incarnations en constante métamorphose offre au regardeur attentif un terrain de jeu inépuisable et jouissif.

Jean-Hubert Martin

AUTOUR DE L’EXPOSITION

  • Ateliers enfants sur réservation les samedis 24 novembre et 8 décembre et le samedi 19 décembre de 15h30 à 17h

PHOTOGRAPHIES DE L’EXPOSITION

          Christian Lhopital, Danse de travers, © photo Rebecca Fanuele

DUO ARTISTE / COMMISSAIRE DE L’EXPOSITION

CHRISTIAN LHOPITAL

Christian Lhopital est né à Lyon où il vit et travaille. Diplômé de l’ENBA en 1976, le dessin s’impose à lui par sa pratique légère et nomade, une feuille de papier, un stylo bille.

En 1982, il entreprend des dessins de très grands formats sur papier marouflé sur toile, exposés au MAC Lyon en 1985. A partir de 1991, il recouvre ses grands dessins de lavis d’encre de chine et de gesso, les Recouvrements. En 1998, il commence avec Broken shadows la première série de dessins à motif répété, « cinématiques », qui sera exposée au Casino Luxembourg. En 1999, il crée sa première sculpture/assemblage avec des peluches plongées dans la peinture blanche installée devant son premier dessin mural à la poudre de graphite. Il réalise pour le MAC de Lyon, en 2012 un dessin mural sur panneaux démontables, L’énigme demeure UNLMTD. Ce printemps, au GMoMa de Ansan en Corée du Sud, il crée son 20edessin mural de 6mx30m A kind of mind – vue de l’esprit.

JEAN-HUBERT MARTIN

Jean-Hubert Martin fut directeur de la Kunsthalle Berne, du Musée d’art moderne Centre Pompidou, du Musée des arts d’Afrique et d’Océanie, Paris et du Museum Kunst Palast, Düsseldorf. Il a dirigé les programmes artistiques du Château d’Oiron et du PAC, Milan. Son intérêt pour les cultures non occidentales l’a conduit à concevoir des expositions décloisonnées en confrontant des œuvres de caractère hétérogène et à favoriser ainsi un renouvellement du regard. Il a été commissaire de nombreuses biennales et expositions d’envergure : Paris – Berlin (1978), Paris – Moscou (1979), Magiciens de la terre (1989), Carambolages (2016).