PROGRAMMATION 2020

La programmation de ce lieu à but non lucratif est définie par le comité artistique.

Le Soir du Poulpe

Lucie Picandet, lauréate du Prix Drawing Now 2019

30 janvier au 20 février 2020 

Tiré du titre de ma nouvelle écrite en 2011, Le Soir du Poulpe est également un projet de court métrage en cours de réalisation. Dans cette exposition, vous pourrez voir les planches du story-board, avant d’entrer dans l’une des pièces du décor : une chambre de bonne parisienne où la protagoniste écrit justement la nouvelle Le Soir du Poulpe. Le héros de son ancien roman Celui que je suis, est mort sur son lit après avoir été refusé par toutes les maisons d’édition.

Agent Saveur, Agents Saxiphrages, Série des Emophones, Celui que je suis, aquarelle et gouache sur papier, 2019, 30x42cm, crédit photo de l’artiste

Lucy Orta : Vue de l’atelier Laboratoire, dessin Amazonia © courtoisie de l’artiste

Lucy + Jorge Orta

Commissaire : Blandine Roselle

13 mars au 13 mai 2020

Alors même que la pratique du dessin est un composant essentiel de leurs projets, Lucy et Jorge Orta n’ont jamais montré le processus complet de leur création. Pourtant, tout au long de son déroulement, leurs dessins témoignent non seulement d’une idée originelle et de sa métamorphose jusqu’à son éclosion sous une forme physique donnée, mais ils nourrissent aussi la réflexion et l’évolution du projet. L’idée est d’activer leurs dessins et d’explorer le développement créatif en tant qu’œuvre à part entière, une œuvre mouvante, changeante, évolutive, en devenir. Le projet de l’exposition consiste à transposer l’atelier (laboratoire d’idées) dans le Drawing Lab, qui devient le laboratoire éphémère des Orta.

Vanessa Enriquez

Commissaire : Ece Pazarbaşi

Été 2020

L’exposition proposée par Vanessa Enriquez pour le Drawing Lab emploie les cassettes VHS comme méta-dessin afin de rendre compte des méta-espaces du lieu. L’espace d’exposition devient une structure architecturale, métaphore d’une grotte, alors que la bande magnétique est quant à elle un instrument de dessin. Le projet poursuit l’exploration par l’artiste des possibilités esthétiques et transformatrices de la bande VHS en réponse aux recherches du neurophysiologiste mexicain Jacobo Grinberg. Les travaux du scientifique ont porté sur les techniques ancestrales utilisées par les chamans, les stimuli géométriques et la méditation et leurs effets sur les activités cérébrales.

Vanessa Enriquez, Until I disappear (stripes), oxyde de fer provenant de bande de VHS sur papier, 30 x 40 cm chacune © courtoisie de l’artiste

Daniel Otero Torres, Observatorio, 2017, crayon sur papier, 154,5 x 114,5 cm © Galerie Mor

Daniel Otero Torres

Commissaire : Anaïs Lepage

Automne 2020

Tierradentro, en français « la terre de l’intérieur », est le nom d’un site archéologique situé dans une zone montagneuse et escarpée de la vallée du Cauca en Colombie. Célèbre pour ses tombeaux funéraires souterrains dissimulés et ses sculptures monolithiques monumentales, il abrite les vestiges de la culture précolombienne du même nom. Daniel Otero Torres conçoit pour le Drawing Lab une exposition reprenant les principaux espaces et significations d’un tombeau funéraire préhispanique. Intégrant l’architecture aux accents brutalistes du bâtiment dans son dispositif, il crée un tombeau des luttes oubliées consacré à des figures populaires et mythiques délaissées de l’histoire.