La presse

Peplum, 9 décembre 2016

Au 17 rue Richelieu, il y aura deux entrées distinctes. La porte de gauche mènera directement au Drawing Lab, centre d’art privé situé au sous-sol du Drawing Hotel, accessible par la porte de droite. Quelle affaire… de famille ! Tandis que Christine Phal gèrera la programmation du Lab, sa fille, Carine Tissot, veillera au bon fonctionnement de son quatre étoiles, idéalement situé dans Paris. […]
Le comité chargé de la programmation du Drawing Lab compte cinq experts, à savoir Daria de Beauvais, curatrice au Palais de Tokyo, Agnès Callu, conservatrice au cabinet d’arts graphiques du Musée des arts déco, la collectionneuse Sandra Hegedus, Marc Donnadieu, le conservateur responsable de l’art contemporain au LaM de Lille Métropole et Philippe Piguet, critique d’art (Journal des arts) et directeur artistique de DRAWING NOW PARIS. Leur sélection se limite pour l’instant à quatre expositions monographiques. Keita Mori sera à l’affiche du centre d’art de janvier à mars. Puis viendra le tour de Debora Bolsoni, de mars à juin, de Gaëlle Chotard, de juin à septembre, et du le duo Pia Rondé & Fabien Saleil, d’octobre à décembre. Toute manifestation s’accompagnera d’un catalogue, rédigé en bonne et due forme, et surtout complété d’une sorte de journal de bord revenant sur les différentes étapes de chaque projet. […] Ce catalogue augmenté sera vendu dans la boutique de l’hôtel, en sus des produits dérivés signés de la main des artistes.

Voir l’article complet

Arts Magazine, septembre 2016

Ouverture de Drawing Lab Paris

Créé par Christine Phal, fondatrice du salon Drawing Now Paris, Drawing Lab Paris, 1er centre d’art privé dédié au dessin contemporain à Paris, a pour but de faire vivre le dessin contemporain tout au long de l’année. Cet espace de 150 m² est situé au niveau bas du Drawing Hôtel, fondé par Carine Tissot, qui abrite à chaque étage une oeuvre de dessin contemporain créée in situ par 5 artistes. En 2017, le centre accueillera 4 projets : Keita Mori de janvier à mars ; Debora Bolsoni de mars à juin ; Gaëlle Chotard de juin à septembre ; le duo d’artiste Pia Rondé & Fabien Saleil d’octobre à décembre.

La Gazette de l’Hôtel Drouot, 15 juillet 2016

Pour son ouverture en janvier prochain, Drawing Lab Paris, premier centre d’art privé de la capitale dédié au dessin contemporain, annonce sa programmation pour 2017. Le choix du comité artistique s’est porté sur les binômes artiste/commissaire d’exposition suivants : de janvier à mars, le Japonais Keita Mori, accompagné par Gaël Charbau, commissaire d’exposition et critique d’art indépendant ; de mars à juin, la Brésilienne Debora Bolsoni avec Claudia
Rodriguez-Ponga, curatrice indépendante ; de juin à septembre, la Française Gaëlle Chotard, accompagnée par Valentine Meyer, curatrice et membre AICA France, et d’octobre à décembre le duo Pia Rondé & Fabien Saleil et Léa Bismuth, critique d’art et commissaire d’exposition indépendante.

Drawing Lab Paris, 17, rue de Richelieu, Paris 1er, www.drawinglabparis.com

Le Quotidien de l’Art, 8 juillet 2016, un article de Philippe Régnier

Lancement du centre Drawing Lab à Paris prévu en janvier 2017.

La programmation du centre d’art privé Drawing Lab a été dévoilée hier. Au cœur de Paris, près du Louvre, le centre offrira une surface de 150 mètres carrés dans un immeuble de la rue de Richelieu. Soutenu financièrement par le Fonds de dotation pour le dessin contemporain, il se consacrera essentiellement aux œuvres graphiques en produisant des projets qui s’émancipent des formes traditionnelles d’exposition. Valorisant la jeune création, les membres du comité de sélection – dont Daria de Beauvais, commissaire d’exposition au Palais de Tokyo, Philippe Piguet, critique d’art, Agnès Callu, conservatrice au musée des Arts décoratif de Paris, ou encore Sandra Hegedüs, fondatrice de SAM Art Projects – choisiront quatre fois par an les projets présentés par cinq binômes d’artistes et de curateurs. En janvier 2017, l’artiste japonais Keita Mori inaugurera l’espace en collaboration avec le critique d’art et commissaire indépendant Gaël Charbau. L’année 2017 accueillera trois autres expositions, celles conçues par Débora Bolsoni et Claudia Rodriguez-Ponga, Gaëlle Chotard et Valentine Meyer, et Pia Rondé & Fabien Saleil aux côtés de la critique d’art et commissaire d’exposition Léa Bismuth.

Beaux-Arts Magazine, juin 2016, un article de Françoise-Aline Blain

A Paris, un laboratoire pour le dessin.

Un centre d’art privé dédié au dessin contemporain devrait ouvrir ses portes en décembre à Paris, rue de Richelieu, à deux pas du Louvre et du Palais-Royal. L’espace d’exposition sera situé au rez-de-chausée d’un hôtel 4 étoiles également consacré au dessin. À l’origine du projet : Christine Phal, fondatrice du salon Drawing Now, dont la 10e édition a accueilli 20 000 visiteurs au Carré du Temple en avril dernier. Soutenu par un fonds de dotation, le Drawing Lab programmera quatre expositions par an, dont un solo show du lauréat du prix Drawing Now. »

Le Journal des Arts, 13-26 mai 2016, un article de Sarah Belmont

Le Drawing Hôtel n’est pas un lieu « arty », mais un hôtel placé sous le signe de l’art. il ouvrira ses portes aux alentours de la fin d’année 2016, au 17, rue de Richelieu (Paris -1er-2e). Son emplacement à deux pas du Louvre et des Arts décoratifs coïncide avec sa vocation de contribuer à la promotion et à la diffusion du dessin contemporain en France et dans le monde. De là sa filiation avec le « Drawing Lab », un centre d’art privé qui verra le jour au sous-sol du même immeuble. On doit ce projet à Carine Tissot et à sa mère Christine Phal, respectivement directrice et présidente du salon Drawing Now Paris. Si la première va gérer les quarante-huit chambres réparties sur cinq étages aux inspirations très différentes, la seconde assume la responsabilité du niveau inférieur. Le programme d’expositions de cet espace underground (d’une surface de 150 m2) sera défini par un comité de séléction composé de la commissaire d’exposition Daria de Beauvais (Palais de Tokyo) et des conservateurs Agnès Callu (Musée des arts déco) et Marc Donnadieu (LaM, Lille Métropole), ainsi que de Sandra Hegedüs Mulliez, collectionneuse et fondatrice de SAM Art Projects, et Phillipe Piguet, directeur artistique de Drawing Now et critique d’art (collaborateur au magazine L’Oeil). Le quintette en question n’aura pas son mot à dire quant aux accrochages, permanents, de l’hôtel. Chaque couloir sera le fruit d’une carte blanche donnée à un artiste (cinq en tout), dont l’identité sera divulguée à l’approche du lancement. Exit, enfin, les croquis encadrés aux murs, pratique courante dans les cinq-étoiles qui voient l’art comme un pur objet de décoration. Ce sera aux architectes d’intégrer « des gestes graphiques » à leur travail. Ainsi, il faudra entrer dans le Drawing Hôtel comme on entre dans une œuvre à part entière. S. B.

BFM TV, La tendance philanthropique : Drawing Lab Paris, un centre d’art décidé au dessin contemporain25 mai 2016

Pour voir la vidéo, cliquez ici

Les Échos, le 26 avril 2016, un article de Martine Robert

Après New York et son Drawing Center, Londres et sa Drawing Room, Paris aura fin 2016 son Drawing Lab, un centre d’art privé dédié à la promotion du dessin contemporain, rue de Richelieu, près du Palais-Royal. L’espace d’exposition de 150 mètres carrés sera situé au bas d’un Drawing Hôtel, un quatre-étoiles de 48 chambres qui lui aussi fera la part belle aux œuvres sur papier, dans ses couloirs, ses escaliers, et sa boutique présentant des éditions et des objets liés aux projets d’artistes sélectionnés. Dans ce lieu culturel et expérimental seront aussi organisés des conférences, des rencontres avec les artistes, des visites guidées et des ateliers pour le jeune public.

C’est à une habituée du sujet que l’on doit cette initiative : Christine Phal, fondatrice de Drawing Now, le Salon du dessin contemporain dont la 10e édition vient d’accueillir 20.000 visiteurs au Carreau du Temple. Mais c’est aussi une histoire de famille puisque le lieu sera dirigé par sa fille Carine Tissot, ancienne collaboratrice de Reed et de Bedouk, à la tête de la société CPCT Arts&Events, qui organise des Salons, et sa construction financée par son compagnon, Jean Papahn, président de Soferim. Ce promoteur immobilier (80 millions d’euros de volume d’affaires) est lui-même très engagé dans l’art : voilà vingt-huit ans qu’il confie ses bâches de chantier à des artistes et commande des œuvres pour les halls de ses immeubles.

Une « pop-up foire » 

Le budget de fonctionnement de l’espace d’exposition, estimé à 300.000 euros par an, devra lui être généré essentiellement par du mécénat, à l’instar de New York et Londres. « Nous avions créé un fonds de dotation pour le dessin contemporain, abondé par Soferim, pour financier le prix Drawing Now, récompensant à hauteur de 5.000 euros un artiste présent sur le Salon, lequel bénéficiait également d’une exposition l’année suivante. Il nous faut l’activer pour trouver de nouveaux contributeurs » souligne Christine Phal. Des événements commerciaux complèteront les financements.

L’objectif est que chaque exposition (3 par an) définie par un comité composé de professionnels des musées, de collectionneurs et de critiques d’art puisse être proposée à des institutions internationales afin de renforcer la visibilité des artistes. Christine Phal va également lancer pendant la prochaine FIAC une « pop up foire », l’Alternative Art Fair, dans un espace de type loft de 2.500 mètres carrés rue de Saint-Pétersbourg, appartenant à la Soferim, profitant ainsi de l’abandon cette année d’(Off)icielle, la FIAC bis, par le groupe Reed.